Vous êtes ici: Accueil Océan Indien

Vous êtes ici

La beauté des tresses Betsileo

Chez les Betsileo, les tresses sont un langage. Dans les anciennes coutumes malgaches, elles étaient l’apanage des hommes comme des femmes.
Plus qu’une expression esthétique, l’art et la manière dont se tressait une personne permettaient de définir son origine, son âge et même sa classe sociale.

Pour les femmes célibataires Betsileo, il y a quatre types de tresses. Le « kitain’ondry », le « kitanala », le « valala mihoatra » et le « kirozaroza ».
Mais une fois fiancées puis mariées, elles changent immédiatement de coiffure comme pour dire : « attention je ne suis plus un cœur à prendre ».
Le jour du mariage, elles se coiffent en « Mitsangana fa andeha » ce qui veut dire : « lève-toi on va y aller ».
Une fois la cérémonie terminée, quand elles sont officiellement l’épouse d’un homme, les femmes Betsileo adoptent les tresses « tagna-voho ». A ces variantes, s’ajoutent les coiffures de fête féminines, le « randrana madinika », le « diafisesy », le « tadimbitana » et le « kiary ».

Si les femmes Betsileo sont coquettes, les hommes ne se laissent pas aller.
Chez les Betsileo, il est important que le prétendant se présente à la famille de l’élue avec des cheveux tressés. Les princes Betsileo se reconnaissaient à cette coiffure appelée « Kihefaka » qu’ils arboraient quand ils partaient en guerre.
Le prince se distingue des autres hommes en portant sur son front une médaille d’argent qu’on appelle « ny felana ».

Source : Prime magazine, JUIN 2018
Photos : Femme & Infos